Share This Post

Divertissement / En vedette / Interviews / Lifestyle

Sisley Loubet, la française qui danse avec Rihanna

Sisley Loubet, la française qui danse avec Rihanna

Cela fait plusieurs années que Sisley Loubet côtoie des personnalités du showbiz telles que Rihanna, Shakira, P Diddy ou encore Katy Perry. Malgré son actualité chargée, cette danseuse très prisée des stars américaines a accepté de se livrer en toute humilité à nos lectrices de BBR Post.

BBR POST : Peux-tu te présenter en quelques mots?

Sisley LOUBET : Je m’appelle Sisley Loubet, je suis de Guyane Française. J’ai grandi entre la Guyane, la France et un peu les Antilles. Je suis danseuse professionnelle et depuis environ 10ans, j’évolue aux Etats-Unis où je poursuis ma carrière de danseuse.

  sl2

BBR POST : Tu as récemment connu une forte exposition médiatique, te présentant comme la française qui danse avec Rihanna et Shakira ; Comment en es-tu arrivée là ? Quel a été ton parcours ?

SL : J’ai démarré à l’ADACLAM (ndlr. Association de danse située en Guyane française créée par Madame Jeanine VERIN) en Guyane à l’âge de 6ans. C’était une activité extrascolaire, mon hobby. Après mon baccalauréat, je me suis installée à Paris où j’ai poursuivi 2ans d’études à l’institut de Jazz Rick Odums. J’y ai préparé mon diplôme d’état de professeur de danse JAZZ et durant ma formation, j’ai été invitée à passer une audition pour l’école d’Alvin Ailey à New York. Cette audition s’est tenue en Guadeloupe. Mme Jefferson y auditionnait les élèves venant de la Caraïbe. Et donc c’est comme ça que j’ai été acceptée et on m’a offert une bourse pour m’installer à New York afin de poursuivre mes études de danse à l’école d’Alvin Ailey.

A l’issue de cette formation, alors que j’étais sur une comédie musicale en hommage à Michael Jackson, de nombreux danseurs m’ont conseillé de partir à Los Angeles si je souhaitais poursuivre dans la danse commerciale, c’est-à-dire tout ce qui est artistes, clips, télévision en général.

Je me suis donc un peu retirée après Alvin Ailey des danses académiques et je suis partie m’installer à Los Angeles pour poursuivre dans la danse un peu plus commerciale.

 sl5

BBR POST : Quelle a été ta motivation pour te lancer dans la danse?

 SL : C’est un peu culturel, avec nos traditions carnavalesques. J’ai grandi dans ça naturellement aux Antilles.

J’ai été très tôt à la danse et à l’ADACLAM, mon école de danse, c’était un environnement plutôt familial où la plupart des élèves de ma génération ont poursuivi ce chemin. Et puis on faisait beaucoup d’activités ensemble, on dormait ensemble ou presque, on a vendu des choses sur le marché pour récolter des fonds et partir participer à des concours nationaux. Donc c’était une ambiance assez familiale. Du coup, ça m’a plu et je pense que ça a été aussi un des moteurs pour poursuivre dans la danse. Je pensais que ça allait être pareil, mais la réalité n’est pas du tout comme ça. Plus on rentre dans la sphère du show business et plus ça devient très individualiste.

Mais je pense que c’est ce qui m’a beaucoup motivé lorsque j’étais plus jeune, c’était juste un environnement super favorable, agréable et il y avait peu de compétition entre nous…c’était vraiment le plaisir de danser.

[perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]C’est ce qui est bien dans ce métier, il y a de nouveaux projets qui voient le jour tous les jours et du coup on ne s’ennuie jamais.[/perfectpullquote]

 

BBR POST : Pourquoi avoir choisi de t’installer à Los Angeles, en Californie ?

SL : Comme je le disais plus haut, c’est là que tout se passe au niveau de la danse commerciale. Pour les artistes de tv, de l’industrie du show business, c’est vraiment à Los Angeles qu’il y a beaucoup de castings, d’agences etc…j’avais déjà été signée après Alvin Ailey dans une agence à New York et cette agence a une branche à Los Angeles. J’ai donc fait le pont et je suis allée m’installer là-bas et je suis restée.

sl3  sl8

BBR POST : Observes-tu de grandes différences dans la manière d’exercer le métier de danseuse entre la France et les Etats-Unis ?

SL : C’est une question un peu vaste. Sur le plan technique, NON, ça reste de la danse.

Sur le plan financier, c’est différent en France, on a le statut d’intermittent du spectacle, alors qu’aux Etats-Unis ça n’existe pas. Du coup, la mentalité y est un peu différente, on va dire que c’est un peu marche ou crève et ça force les gens à être un peu plus déterminés, à persévérer davantage. Quand on a le couteau sous la gorge, en général on devient très vite créatif aussi. C’est un petit peu différent car le système assiste moins mais d’un autre côté, aux Etats-Unis il y a beaucoup d’artistes internationaux qui travaillent avec de gros budgets, du coup sur le plan financier c’est balancé avec le statut d’intermittent du spectacle.

Sur le plan de la création, il y a quand même de belles choses qui se font en France. Notamment tout ce qui est underground ou freestyle, la France est un vivier. Donc je dirais qu’il y a de belles choses des 2 côtés.

Le plus en France est que c’est ouvert sur l’Europe donc les danseurs sont plus exposés à une diversité dans les projets : on passe d’un pays à un autre, d’une langue à une autre, d’un système à un autre…

 sl4

BBR POST : Considères-tu que tu sois arrivée au sommet ?

SL : On n’est jamais vraiment au sommet. Ça dépend. Si les objectifs sont de danser pour des artistes alors oui on peut dire que je suis arrivée au sommet.

Il y a plusieurs objectifs que l’on peut se fixer pour atteindre le succès comme de se mettre à la création, d’être impliquée dans la direction artistique…donc on n’a jamais vraiment fini et c’est ce qui est bien parfois dans ce métier, il y a de nouveaux projets qui voient le jour tous les jours et du coup on ne s’ennuie jamais.

Pour ce qui est de me fixer des objectifs professionnels et challenges, oui bien sûr, j’en ai, mais hors de la danse.

https://youtu.be/BEdGWiCN4yQ

BBR POST : Quel conseil donnerais-tu aux jeunes filles qui souhaitent se lancer dans la danse ?

SL : D’abord de se former, et se former à tous les styles de danse. Nous sommes des êtres humains, on évolue tout le temps, on change d’avis et donc c’est bien de se donner toutes les armes au départ de manière à pouvoir rebondir en cas de changement. Et ne pas se former qu’à la danse mais également au chant, à l’acting, à la musique. Il y a vraiment plein de portes possible dans l’industrie du divertissement. En transition professionnelle, il y a des gens qui facilement deviennent stylistes, coiffeurs ou maquilleurs car la danse est un métier qui gravite autour de tout ce qui est artistique finalement et tout ce qui est en dehors de la production artistique.

Il y a vraiment de quoi rebondir dans les transitions de carrière mais il faut se donner plusieurs cordes à son arc dès le début. Il faut penser à après, la date d’échéance par rapport à ton corps.

En résumé, se former en danse, se former dans tous les styles si possible, toucher à tout, autant aux bases techniques des danses académiques qu’aux danses un peu plus rythmées (africaines ou même le freestyle) qui permettent de développer d’autres aspects sur les plans techniques et créatifs. Et penser lorsqu’on se forme à s’ouvrir à d’autres choses pour plus tard.

Même si je n’ai pas trop de soucis avec ça, je vais en dire un petit mot, il faut aussi faire attention à ce qu’on mange. Le premier cliché auquel on pense vis-à-vis des danseurs, il faut faire attention au physique, mais vraiment ça dépend de chaque personne. Chaque personne à sa propre anatomie et donc d’un individu à un autre c’est différent. De ce point de vue-là, je n’ai pas eu besoin de monter les montagnes, de transpirer comme un âne pour pouvoir maintenir mon physique…mais c’est sûr qu’il faut porter attention à ce qu’on mange parfois car on a toujours besoin de notre corps.

 sl6[perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]Nous sommes des êtres humains, on évolue tout le temps, on change d’avis et donc c’est bien de se donner toutes les armes au départ de manière à pouvoir rebondir en cas de changement[/perfectpullquote]

BBR POST : T’arrive-t-il parfois de retourner en Guyane ? Et d’y danser ou de transmettre ton savoir ?

SL : Oui bien souvent, je dirais 1 fois par an, je retourne en Guyane, en France et naturellement soit j’entraîne des danseurs dans mon ancienne école en Guyane, soit je participe à une création avec la directrice, soit j’aide aussi dans le cadre de leur compagnie. En général, j’apporte toujours un peu de mon expérience en Guyane et en France.

 

sl1BBR POST : Notre plateforme souhaite promouvoir la beauté noire sous toutes ses formes et partout dans le monde. (Ndlr ‘tu en es une parfaite illustration’) Pourrais-tu partager avec nos lectrices ta routine beauté ?

SL : Merci (pour en être une parfaite illustratrice).

Routine…si j’en ai une, je me lave, je mets beaucoup de crèmes de beauté. J’aime beaucoup une marque qui s’appelle Rituals. Je crois qu’elle est d’ailleurs à Paris aussi. Je dois faire attention à mes cheveux aussi, qui comme mon physique font partie de ce que je dois entretenir pour mon métier. Pour mes cheveux c’est simple, shampoing et après-shampoing, crème et masque aussi.

Récemment je me suis plongée dans tout ce qui est naturel, produits à base de fruits (avocat, banane, huile de coco). De temps en temps je le fais, mais je ne suis pas hyper à fond dessus.

De temps en temps je fais mes ongles, mais j’aime bien rester naturelle. Pour mon métier il faut parfois mettre le paquet, mais de manière générale, j’aime beaucoup le naturel et je ne me prends pas trop la tête sur les dernières techniques d’onglerie, de maquillage ou de sourcils ou quoi que ce soit. Les femmes les plus belles sont naturelles de toute façon donc je suis pro naturelle.

[perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]Les femmes les plus belles sont naturelles de toute façon donc je suis pro naturelle.[/perfectpullquote]

 

BBR POST : La danse est une parfaite illustration de l’expression corporelle. Quel message souhaiterais-tu transmettre aux jeunes filles noires qui ne se sentent pas belles ou ne se sentent pas bien dans leur peau?

SL : Je ne sais pas si la danse peut être un remède mais effectivement on apprend beaucoup à laisser tomber certains préjugés, à s’affranchir de certains codes de beauté et à se sentir bien dans sa peau coute que coute. Je pense que c’est le principal.

Je fais un parallèle avec la question précédente où je dis être pour tout ce qui est naturel. Je ne pense pas qu’il faille se travestir pour plaire mais croire au fait qu’il y a quelqu’un qui existe quelque part pour vous et vous acceptera telle que vous êtes.

Il n’y a rien de plus beau qu’une personne qui a confiance en elle et qui ne laisse pas le regarde de l’autre l’abattre.

Si je devais danser quelqu’un qui a peu confiance en elle, c’est l’esprit dans lequel je rentrerais. Si j’avais un jour un personnage à changer et je devais rentrer dans sa peau pas confiante et la redresser, je ferais ça avec la danse, je bomberais le torse, je baisserais les épaules, je mettrais la tête un peu plus en haut et lâche tes cheveux.

[perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]Il n’y a rien de plus beau qu’une personne qui a confiance en elle et qui ne laisse pas le regarde de l’autre l’abattre.[/perfectpullquote]

 sl9BBR POST : Pour finir, pourrais-tu nous en dire plus sur ton actualité du moment ? Et tes projets à venir ?

SL : C’est une question à laquelle je ne peux jamais répondre, d’abord parce que l’industrie du divertissement est en dent de scie, il y a toujours des projets de dernière minute qui se font, certains qui s’annulent, donc je ne sais jamais à quoi m’attendre. Et puis aussi vis-à-vis du secret professionnel, je ne peux pas en dire plus.

Mes projets personnels à venir, je suis assez superstitieuse donc je n’aime pas trop dévoiler tant que ce n’est pas prêt, mais j’aspire à des petites choses à côté de la danse et je prépare, toujours dans le cadre artistique, des petits projets personnels qui je l’espère verront bientôt le jour.

 

A propos de Sisley Loubet:

Site web : http://sisleyloubet.com/

Instagram : @sisleyloubet

Twitter : @sisleyloubet

 

Publié dans Divertissement,En vedette,Interviews,Lifestyle

Share This Post

Leave a Reply

Se connecter avec:



Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>