Share This Post

Cheveux naturels / Lifestyle

Le tissage : la solution pour être tranquille au travail ?

Le tissage : la solution pour être tranquille au travail ?

En matière de politique d’apparence et de code vestimentaire, les patrons sont en droit d’imposer les règles qu’ils souhaitent. Cependant, certaines de ces règles peuvent s’apparenter à de la discrimination. C’est un phénomène que l’on observe de plus en plus au sein de la communauté noire. Mettez un tissage, ne gardez pas vos cheveux naturels?!

Les employeurs ont le droit d’imposer des codes vestimentaires, mais un employeur qui interdit les coiffures afro au travail risque d’être accusé de discrimination envers les employés noirs, et devra justifier objectivement cette politique par rapport à l’emploi en question. Les justifications en matière de politiques de « coiffure » se rapportent souvent aux questions de santé, de sécurité ou à l’image de l’entreprise. Cela dit, il est difficile de trouver un argument légitime qui expliquerait pourquoi les coiffures afros iraient à l’encontre de l’image d’un lieu de travail professionnel.
Et pourtant, un nombre important de jeunes filles ont été victimes de ces restrictions. C’est le cas notamment de deux jeunes femmes. La première est Linda* et est originaire de Londres.

La jeune londonienne déclare, comme le relate un récent article de la BBC, que son employeur lui a demandé à de nombreuses reprises de ne pas se présenter au travail avec ses cheveux naturels. Elle ajoute qu’elle été encouragée à porter un tissage pour camoufler ses cheveux afro.

[perfectpullquote align=”right” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]« Je suis ouest Africaine, et je travaille dans un cabinet de conseil à Londres. J’ai toujours l’impression que mes cheveux naturels donnent l’impression que je ne suis pas professionnelle. »[/perfectpullquote]

workplace-afro

Linda poursuit:

[perfectpullquote align=”full-width” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]« Il y a quelques années, j’avais fait des tresses et mon patron m’a demandé combien de temps il faudrait avant que mes cheveux redeviennent « normaux ».[/perfectpullquote]

« J’étais décontenancée. Je n’arrivais pas à croire ce que je venais d’entendre.  Même si j’étais choquée, j’ai dû changé ma coiffure. Je ne voulais pas que mes cheveux soient la source de problèmes au travail. Ça ne me dérange pas d’avoir un tissage mais c’est que je n’ai pas le choix et je trouve cela injuste. C’est comme si avec le tissage, je redevenais normale et je peux rentrer dans un moule visible.  Sans le tissage je ne suis tout simplement pas prise au sérieux. Je dois maintenant apprendre à m’adapter et à accepter cela mais parfois je me demande pourquoi.  Une fois dans le train, ma collègue m’a indiqué une dame dans notre rame avec des cheveux afro. Elle m’expliquait à quel point sa coiffure était horrible et non professionnelle. N’a-t-elle pas réalisé que mes cheveux naturels étaient pareils ? »
« Et ce n’est malheureseument pas une situation unique. Mes amies et moi discutons souvent de comment nos collègues réagissent à nos cheveux. » Ajoute-elle.

Effectivement, ce n’est pas une situation unique. Une autre jeune fille, Stacy** originaire du sud de la France a vécu la même expérience. Secrétaire au sein d’un grand groupe industriel Toulousain, dont on taira le nom. la sudiste a dû faire un choix difficile : sa coiffure ou son poste.

Son témoignage :

« J’ai passé l’entretien avec deux nattes collées; ils ne m’ont pas fait de remarques. Quand j’ai commencé à travailler, j’avais de longues vanilles. Ma supérieure m’a demandé si j’avais changé de coiffure. Pensant que c’était une question anodine je lui réponds que oui. [perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]Deux semaines plus tard elle me demande quand est-ce que je vais changer à nouveau de coiffure. Intriguée, je lui demande pourquoi. Elle m’annonce que ce n’est pas elle mais ses supérieurs qui m’ont vu dans les couloirs et qui avaient fait des remarques par rapport à ma coiffure.[/perfectpullquote]

J’ai dans un premier temps décidé d’ignorer sa remarque, puis au bout d’un certain temps deux managers sont venus me voir pour me dire:
[perfectpullquote align=”full” cite=”” link=”” color=”” class=”” size=””]”  Tu sais nous on a pas de soucis avec ta coiffure, elle est jolie mais ce sont les grands patrons qui trouvent que c’est trop long, trop voyant, et pas assez professionnel. ”[/perfectpullquote]

Ils ont insisté pendant plusieurs semaines et j’ai fini par enlever pour mettre un tissage lisse, et là je n’ai plus eu aucune remarque. J’étais légèrement choquée, mais c’était soit ma coiffure ou mon boulot, j’ai choisi mon boulot.

braids workplace

J’ai quand même demandé à ma supérieure qu’est ce qu’ils entendaient par coiffure ‘’professionnelle’’ ? Elle m’a répondu ‘’Quelque chose de lisse et de noir. De neutre quoi.’’
J’étais d’autant plus choquée que je n’avais pas un poste à responsabilité au sein de l’entreprise. Je n’ai pas compris qu’on puisse me juger sur la base de ma coiffure. »

Bien évidemment, ces deux témoignages ne représentent pas des cas isolés. Ils permettent au contraire de mettre en lumière un problème important qui mérite qu’on s’y intéresse. La question qui subsiste est la suivante : Quelle est la limite entre simple dress code et discrimination?

 

*Les prénoms ont été modifiés.

Publié dans Cheveux naturels,Lifestyle

Share This Post

Leave a Reply

Se connecter avec:



Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>